Le Jeu de Rôle
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ashtaar
MJ
MJ
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Mer 3 Aoû - 20:26

[HRP: Afin que tout s'accorde parfaitement, il faut que tu considère quelque changement à ta fiche : Tes proches ne se sont pas transformé en zombies, ils sont mort suite aux maladie des bombes bactériologiques. Pour l'heure tu es persuadé que c'est le seul effet possible de ces dernières. Note bien qu'il n'y a pas qu'un virus, mais des centaines de souches différentes aux effets variables.]

En ce milieu de journée Pierre venait d'arriver à proximité de Gif-sur-Yvette après un trajet harassant, la circulation était devenu quasiment impossible à proximité de la capitale. Mais l'homme avait plus d'un tour dans son sac, il avait déjà mainte fois utilisé des petites routes mal connues pour éviter les bouchons lorsqu'il rendait visite à sa famille.

Lors du trajet les nouvelles avaient été de pires en pires, des villes étaient rasées, on parlait de milliard de morts, certains journalistes allaient jusqu'à annoncer que l'Europe était en guerre. Plus étrange encore une rumeur gagnait en force avec le temps, on parlait de maladies étranges touchant les gens, les symptômes étant encore mal connus. P-A songea à la maladie ayant touchées ses proches, les tuant tous en l'affaire de quelques jours.

Quelques kilomètres avant l’agglomération Pierre fut arrêté par un barrage de l'armée. On lui annonçant que l’accès à la ville était interdit en raison de la chute d'une bombe bactériologique à proximité. On le rassura en lui annonçant que c'était un des seul rares endroit proche de la capitale où le système de défense anti-missile n'avait pas été efficace à 100%. Malgré ses demandes il ne parvint à obtenir aucune réponse concernant la santé des habitants de la zone touchée. On lui demanda gentiment de faire demi-tour quand ses questions devinrent un peu trop pressante.

C'est à contre-coeur qu'il remonta dans sa voiture et se prépara à faire demi-tour. Toutefois il vit que les militaires lançaient des injonctions à haute voix, il tourna la tête de ce coté et vit qu'ils avaient levé leurs armes. L'officier s'adressait visiblement à un homme qui en titubant, s'approchait des militaires du coté opposé des barrières. Il était encore loin et semblait en piteuse état, des plaies suintantes était visibles à travers les déchirures de ses vêtements.


-"Monsieur n'approchez pas de cette barrière, la zone est en quarantaine fait demi tour !"
-"Monsieur si vous approchez encore nous serons dans l'obligation d'ouvrir le feu !"

L'homme continuait à avancer lentement, il semblait être sur le point de s'effondrer, un râle sortait de sa bouche.
Un des soldats portant un brassard de secouriste s’adressa alors à l'officier :

-"Ecoutez sergent, on peut pas le laisser dans cet état. Je demande la permission de passer de l'autre coté pour s'occuper de ses plaies.
-"C'est bon allez y mais mettez votre combinaison, on sait pas ce qu'il peut trimbaler comme maladie."

Le jeune homme enfila rapidement une combinaison étanche jaune et passa de l'autre coté de la barrière à la rencontre de l'homme qui devait maintenant se trouver à une vingtaine de mètres. Le soldat s'approcha doucement et allait pour le soutenir par l'épaule quand l'homme se jeta sur lui. Le jeune homme se mit à crier alors que l'autre s'en prenait à sa gorge, teintant rapidement la tenue étanche de rouge.
-"Ouvrez le feu, butez moi cet enfoiré !"
Les militaires tirèrent tous à l'unissons, réduisant au silence l'infecté. Hélas il était trop tard, l'infirmier ne semblait plus être de ce monde.

S'ensuivit une conversation mouvementé entre les militaires, les uns accusant les autres de la mort de leur camarade. Ils passèrent finalement un appel à leur PC, ne sachant plus comment garder la situation en main. Pierre n'avait pas bougé, choqué par ce qu'il s'était passé. C'est alors qu'il vit d'autres personnes provenant de la ville se diriger vers le barrage. Ils avançaient certes lentement, mais il devait bien y en avoir une dizaine qui approchaient, sans que les miliaires -trop occupés- ne s'en aperçoivent.

_________________
I'm not afraid of the death, why should I be afraid of myself?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.probb.fr
Yakov Bolchoï

avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 23
Localisation : Pau (64)

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Jeu 4 Aoû - 9:57

Alors comme ça, la ville était en quarantaine. Selon le militaire, c'était à cause des systèmes anti-missiles défectueux. Cette information ressemblait étrangement à du "bourrage de crânes" de la part des militaires, une explication pour rassurer les civils, histoire de confirmer que la situation était sous contrôle. Au vu de ce qu'il venait de ce passer sous ses yeux, cela ne semblait pas trop être le cas.

C'était bizarre d'un côté, qu'est ce qui avait pris à l'inconnu d'attaquer un soigneur venu l'aider, de manière brutale qui plus est. Peut-être la bombe virale tombée sur la ville rendait les habitants fous. Une sorte de zombification, qui faisait régresser les gens à l'état de bêtes sanguinaires. Allons, son esprit travaillait trop, les zombies se révélaient du domaine de la science-fiction, d'ailleurs, toute sa défunte famille ne s'était pas relevée pour venir le manger.

Apparemment, les militaires tentaient d'analyser la situation. Leur réflexion les empêchait de voir la menace qui approchait. L'infection semblait s'être propagée dans la zone de quarantaine au vu de la foule qui avançait de l'autre côté des grilles. Pierre-Alexandre devait les prévenir.

Pierre s'approcha donc tranquillement du groupe de militaire qui "caquetait" à qui mieux-mieux au sujet des mesures à mettre en place. Quand il fut à quelques mètres de distance, il énonça d'une voix claire :


-Je ne voudrais pas vous déranger, mais il me semble que beaucoup de types comme celui que vous avez abattu sont en train d'approcher des grilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashtaar
MJ
MJ
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Jeu 4 Aoû - 16:54

La réaction du militaire fut d'abord de le repousser.
-"Ecoutez... C'est déjà assez difficile comme ça, vous n'avez rien à faire ici ! Dégagez !"
Puis tous regardèrent en direction des grilles et plusieurs soldats eurent comme réflexe de faire un pas en arrière.

Ce n'était plus une vingtaine, mais peut être cinquante personnes qui venait de la ville, hagards. Certains émettaient des râles désespéré, d'autres beuglaient, pire encore le plupart portaient des signes visibles de morsures ou de mutilation. Certains présentaient des blessures telles qu'il semblaient impossible qu'ils puisse être encore de ce monde. L'un d'eux rampait sur le sol, avançant à la force de ses deux bras, alors même qu'il lui manquait une partie de son torse, quand à ses jambes, elles manquaient à l'appel.

Certains militaires tentèrent des injonctions pour les faire reculer mais il n'y eu aucune réactions en face, ils continuaient à avancer lentement dans leurs direction. Le pire était que d'autres personnes arrivaient au loin, comme attirés par les coups de feu, cela commençait à devenir inquiétant. En particulier lorsque les premiers arrivèrent derrière la grille d'acier, commençant à la secouer vigoureusement en vociférant. Les grilles militaires étaient épaisse et robustes, solidement encrées dans des poids en béton. Cela dit si tout les gens qui arrivaient se mettaient à les secouer, Pierre doutait que celle ci tienne le choc plus que quelques minutes.

Les militaires avait sagement reculé des grilles, observant la scène sans savoir comme réagir. Certains continuait à ordonner aux gens de s'éloigner, d'autres se tenait prêt à faire feu. L'officier ne savait visiblement pas quoi faire, il rageait près de sa radio qui visiblement l'avait mis en attente.

_________________
I'm not afraid of the death, why should I be afraid of myself?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.probb.fr
Yakov Bolchoï

avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 23
Localisation : Pau (64)

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Ven 5 Aoû - 10:03

Le nombre d'infectés augmentait à vue d'œil derrière les grilles de sécurité, nul doute que dans quelques minutes, ces dernières auraient cédées. En tout cas, la menace semblait bien réelle. Ces gens, ou du moins ce qu'il en reste aussi bien mentalement que physiquement, étaient vraiment effrayants. Comment pouvait-on continuer à se mouvoir alors que la partie basse de son corps est manquante ? Intérieurement, Pierre-Alexandre pensa que l'hypothèse de la "zombification" se confirmait. Ces monstres continuaient à secouer les grilles, comme si un besoin irrépressible les forçait à se procurer de la chair fraiche. D'ailleurs, les nombreux infectés autour du cadavre du militaire confirmaient cette théorie.

Puisque P-A ne tenait pas à finir zombifié avec un bras en moins, il commença à s'éloigner des grilles en disant rapidement :

-Bon, en tant que civil, je vous laisse gérer ça. Bonne chance !

Selon Pierre, il faudrait beaucoup de chance pour espérer retenir une telle horde. Le scientifique remonta dans son 4x4 garé un peu plus loin, véhicule robuste dont il était assez fier. Pierre-Alexandre tourna le contact et fit demi-tour rapidement, histoire de se trouver le plus loin possible des grilles quand elles cèderont. N'ayant plus d'objectif en tête, la totalité de sa famille étant soit morte, soit zombifiée, l'homme pleura quelques minutes dans son véhicule avant de songer à se ressaisir. Il n'avait pas de temps perdre, il fallait prévoir la suite des évènements. Tout d'abords, P-A songerait à trouver la station essence la plus proche afin d'y acheter plusieurs jerrican d'essence qu'il stockera dans son coffre, ainsi que divers outils comme un pistolet à clous et à rivets, ainsi qu'une pince coupante. Cela fait, il se dirigera vers une décharge publique avec un plan bien en tête.

[HRP, si soucis à la station d'essence arrêter mon projet à la station]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashtaar
MJ
MJ
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Ven 5 Aoû - 10:38

Alors qu'il allait tourner dans un virage, Pierre entendit des coup de feu claquer derrière lui, un simple regard dans son rétroviseur intérieur lui confirma que les barrières avaient cédées, les militaires semblaient tiré tout en se repliant, ne sachant que faire pour les retenir. Avant que la scène ne lui soit dissimulé par la nature, il pu voir un militaire s'enfuir vers un Humvee, des dizaines d'infectés à ses trousses.

Une fois retourné sur un axe de plus grande importance, P-A fut bien obliger de s'apercevoir que c'était la cohue sur les routes. Tous les habitants de Paris devaient s'y trouver tellement il y avait de voiture, le trafic était complètement congestionné. Par chance juste avant qu'il n'ait à s'engager sur la départementale bondée, il avisa un chemin de terre qui menait vers un champ qui longeait cette dernière. Les forêts n'étant pas très présente par ici, il pourrait ainsi avancer quelque peu à travers champs.

Il parvint de la sorte à rejoindre Guyancourt à l'entrée de laquelle se trouvait une station service. Il la voyait de loin depuis le près dans lequel il se trouvait, néanmoins il ne fallait pas même songer à se remettre sur la route tant il y avait de voitures. La station était à tout au plus quatre cent mètres, il pouvait s'y rendre à pied.

_________________
I'm not afraid of the death, why should I be afraid of myself?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.probb.fr
Yakov Bolchoï

avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 23
Localisation : Pau (64)

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Ven 5 Aoû - 13:58

Comme Pierre l'avait pensé, les grilles n'avaient pas tenu très longtemps. Il plaignait les militaires qui devraient contenir ce flot humain. Si toute la population de Gif-Sur-Yvette était contaminée, les militaires auraient besoin d'un gros stock de balles.

Décidément, c'était la panique dans la capitale. Cela était compréhensible de vouloir fuir dans la campagne pour s'éloigner des zones à forte démographique. Les patrouilles incessantes de l'armée ajoutait un caractère inquiétant à la paranoïa ambiante.

Pierre-Alexandre gara son véhicule derrière un petit bosquet d'arbre, histoire qu'il ne soit pas visible de la route. Il s'avança vers la station essence en emportant son sac à dos et son arme en bandoulière, tout en surveillant bien les alentours, juste au cas où.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashtaar
MJ
MJ
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Ven 5 Aoû - 17:27

En arrivant à la station service il devint évident que tout le monde s'était précipiter pour faire le plein, la queue de voitures à la pompe était désespérément longue. Pour autant il semblait y avoir encore de l'essence, certaine personnes faisant le plein sous l'oeil vigilant du pompiste.

_________________
I'm not afraid of the death, why should I be afraid of myself?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.probb.fr
Yakov Bolchoï

avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 23
Localisation : Pau (64)

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Ven 5 Aoû - 21:26

Au vu des récents évènements, il devenait évident que Pierre-Alexandre n'aurait pas le temps d'attendre pour obtenir de l'essence. Tout d'abord, il se dirigea vers l'intérieur de la station service afin d'acheter quatre bidons vides d'environ 50 litres, ainsi que divers outils comme une pince coupante et des pistolets à rivets et à clous avec si possible des boîtes de rivets et clous. Ces derniers objets risquaient de manquer à l'appel, les stations essences n'étant pas des magasins de bricolage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashtaar
MJ
MJ
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Sam 6 Aoû - 10:00

Le vendeur lui aurait bien vendu des jerrycans, seulement on lui avait acheté tout son stock le matin même. En revanche Pierre put dégoter sans problème une pince coupante, pour ce qui était du reste, le vendeur n'en avait effectivement pas.

_________________
I'm not afraid of the death, why should I be afraid of myself?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.probb.fr
Yakov Bolchoï

avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 23
Localisation : Pau (64)

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Sam 6 Aoû - 10:26

D'un côté, c'était logique. De nombreuses personnes devaient avoir eu le même réflexe que lui, c'est à dire faire des réserves pour une éventuelle crise. Pierre-Alexandre acheta quand même la pince coupante tout en demandant au vendeur la position du magasin de bricolage le plus proche, d'une façon aimable bien entendu.

Ensuite, il sortit du magasin et attendit l'apparition d'un civil venant faire le plein d'essence avec plusieurs jerrycans. A ce moment, il agirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ashtaar
MJ
MJ
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Sam 6 Aoû - 10:33

Ceci ne tarda pas à se produire, l'homme qui venait de faire le plein de son pick-up en sortit ensuite une bonne dizaine de jerrycans qu'il s'employa à remplir. Ceci au grand damne des gens qui attendaient derrière lui et commençaient à s'impatienter sérieusement, il se recevait de nombreuses insultes.

_________________
I'm not afraid of the death, why should I be afraid of myself?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hysteria.probb.fr
Yakov Bolchoï

avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 23
Localisation : Pau (64)

MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   Sam 6 Aoû - 10:44

Pierre devait à tout prix se procurer des jerrycans d'essence pour espérer survivre relativement longtemps. Il connaissait l'urgence de la situation puisqu'il avait vu les grilles céder sous le flot d'infectés.

Pierre-Alexandre continua d'attendre tranquillement que l'homme ait fini de remplir les bidons sous les bordées d'injures. Ensuite, une fois que l'inconnu eut payé et rangé les jerrycans, il se jeta sur lui en lui assenant un gros coup de crosse sur l'arrière du crâne. Cela fait, et tout en prenant garde aux civils proches, P-A récupérait la clé sur l'homme en pointant éventuellement son arme sur les gêneurs. Si tout se passerait bien, il démarrerait tranquillement et rejoindrait son 4x4 dans le champ où il l'avait garé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gif-sur-Yvette, banlieue Sud de Paris [Départ de Pierre-Alexandre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 17/10 - PTQ Paris - Paris
» Outpost Bus pour le GP Paris !
» NabazParis : le script des lapins de Paris
» 07/11 - PTQ Paris - Hasselt Oberon
» Les continentaux européens à Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HYSTERIA :: Hysteria - Le jeu de rôle - :: Session de jeu terminées :: Partie n°1 (Réaliste 100%) :: Jour premier-
Sauter vers: